Résultats de la gestion financière

Actif en millions d'€ au 31/12/2020 * 946,15
Date de création 07/07/2004
Durée de placement recommandée Supérieure à 5 ans
Performance sur 1 an* 5,24%
Performance annualisée sur 3 ans* 7,49%
Performance annualisée sur 5 ans* 7,89%
Performance annualisée sur 8 ans* 7,88%
Sources : Afer - Gie Aviva France à partir de données fournies par Aviva Investors France
Intensité carbone : L’intensité carbone représente le total des émissions de gaz à effet de serre (GES) des scopes 1 & 2 (émissions directes & émissions indirectes liées aux consommations énergétiques) normalisée par million de $ de revenus (chiffre d’affaires). Ainsi, chaque million de dollar de revenus, X tonnes métriques d’émissions sont financées. Source : BRS & MSCI
* Performances annualisées au 31/12/2020 nettes de frais de gestion financière, hors dividendes (affectés au paiement des frais de gestion et du coût de la garantie plancher du contrat Afer), brutes de prélèvements sociaux et fiscaux.
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
L’investissement sur un support en unités de compte présente un risque de perte en capital. Pour plus d’informations sur les risques, consulter le prospectus sur www.afer.fr.

Commentaires du gestionnaire financier AVIVA INVESTORS FRANCE

L’exercice 2020 s’amorçait sous de bons auspices pour les marchés actions, et plus particulièrement pour les marchés américains, grâce à une élection présidentielle en ligne de mire, traditionnellement prétexte à des surenchères de relances budgétaires, combustible essentiel à la poursuite de la hausse boursière. La pandémie de Covid en a malheureusement décidé autrement.

L’impact de la fermeture de l’économie américaine sur les marchés financiers a été brutal en tout début de période. Le rebond l’a été tout autant. Les mesures de soutien, tant budgétaires que monétaires y ont contribué. Mais par-dessus tout, les marchés US ont été tirés vers le haut par leur composante technologique, et l’insolente santé financière et boursière de leurs fleurons. Peu impactés par la crise, voire en bénéficiant, nombre de sociétés gravitant dans la galaxie des technologies de l’information traitent en fin de période à des cours très largement supérieurs à ceux de début d’année, voire proches des plus hauts historiques pour certaines d’entre elles. Véritable arche de Noé pour les investisseurs, les sociétés à croissance pérenne ont vu leurs performances boursières alimentées par des flux sans précèdent. Le S&P500 finit ainsi l’exercice en hausse.

Les marchés européens n’ayant pas la même intensité technologique, le rebond a été moins marqué. Par ailleurs, les degrés de confinement divers ont créé une véritable divergence dans les vitesses de reprise économique, le nord de l’Europe s’en sortant sensiblement mieux que le sud. Les performances géographiques sont donc au diapason. Comme aux Etats-Unis, les divergences de performances sectorielles sont exacerbées par le désir des investisseurs de protéger leur capital en investissant sur les sociétés à croissance visible. Ces sociétés ont attiré des flux importants, et traitent en fin d’exercice à des records de valorisation historique. L’indice Stoxx Europe 600 finit l’exercice en baisse.

Les marchés émergents ont connu des fortunes diverses, la Chine se sortant in fine bien mieux de la pandémie de Covid 19 que bon nombre de pays développés. Après avoir baissé de concert en début de période, subissant de plein fouet ce qui s’annonçait comme une grande crise de l’offre, les bourses émergentes se sont fortement redressées à partir du mois de juillet, aidées en cela par un fort mouvement de baisse du dollar. En fin de période, l’indice MSCI Emerging Market affiche une belle hausse sur l’année.

Nos allocations n’ont bougé qu’en toute fin d’exercice, suite à l’annonce de l’efficacité du vaccin Pfizer-BioNTech. Jusque là sur-pondérés sur les actions américaines et japonaises au détriment des actions européennes et émergentes, nous avons décidé de rebalancer les portefeuilles en diminuant le pari sur les actions US, et en renforçant les actions européennes et émergentes en retard de performance.

Répartition du portefeuille


Pour plus de précisions

Contactez-nous