Résultats de la gestion financière

Actif en millions d'€ au 31/12/2020 * 2 194,45
Date de création 31/07/1998
Durée de placement recommandée 8 ans
Performance sur 1 an* -2,87 %
Performance annualisée sur 3 ans 0,23 %
Performance annualisée sur 5 ans 2,75 %
Performance annualisée sur 8 ans 6,19 %
Sources : Afer - Gie Aviva France à partir de données fournies par Aviva Investors France
Intensité carbone : L’intensité carbone représente le total des émissions de gaz à effet de serre (GES) des scopes 1 & 2 (émissions directes & émissions indirectes liées aux consommations énergétiques) normalisée par million de $ de revenus (chiffre d’affaires). Ainsi, chaque million de dollar de revenus, X tonnes métriques d’émissions sont financées. Source : BRS & MSCI
*Performances annualisées au 31/12/2020 nettes de frais de gestion financière, hors dividendes (affectés au paiement des frais de gestion et du coût de la garantie plancher du contrat Afer), brutes de prélèvements sociaux et fiscaux.
Les performances passées ne préjugent pas des performances futures.
L’investissement sur un support en unités de compte présente un risque de perte en capital. Pour plus d’informations sur les risques, consulter le prospectus sur www.afer.fr.

Commentaires du gestionnaire financier AVIVA INVESTORS FRANCE

L’exercice écoulé a principalement été marqué par un rééquilibrage du portefeuille entre valeurs cycliques et valeurs dites « de qualité ». Effectivement, longtemps considérées comme hors de portée, le contexte épidémique en début d’année 2020 nous a permis d’ajouter des valeurs dites « de qualité » telles que L’Oréal, Kering ou encore EDP. Ce rééquilibrage s’est poursuivi au cours du premier semestre 2020, en réallouant le portefeuille vers des titres plus défensifs mais porteurs de croissance.

Ainsi, nous avons augmenté notre exposition au secteur des utilities (services aux collectivités), principal bénéficiaire du Green Deal (projets d’investissement dans le cadre des enjeux climatiques), au travers d’investissements sur Enel et E.ON, et avons fait des arbitrages au sein même des secteurs. Sur le secteur automobile, nous avons privilégié les constructeurs (Daimler et Peugeot) au détriment des équipementiers (Valeo et Michelin), alors qu’au sein du secteur pétrolier, nous avons clôturé nos positions sur Technip FMC au bénéfice de Neste, acteur majeur des bio-carburants. Concernant la santé, nous avons réduit nos positions sur Bayer (principalement pour des considérations d’Investissement Socialement Responsable avec son positionnement contesté sur l’agrochimie) pour nous renforcer sur un panier de valeurs telles que Sanofi, Essilor-Luxottica ou encore Frenesius SE.

Enfin, le rebond estival nous a permis de prendre quelques profits. Au sein du secteur automobile, nous avons réduit Michelin dans le sillage de ses belles performances pour nous réexposer à Valeo, plus exposé à la tendance des véhicules électriques. Nos positions sur Unilever et Carlsberg ont également été étoffées au détriment de Kering, AB Inbev et Infineon. Enfin, au sein de la santé, nous avons arbitré Roche en faveur de Novartis, qui pourrait bénéficier de la restructuration de l’entreprise dans les mois qui viennent et pourtant délaissée par les marchés.

Répartition du portefeuille

Répartition du portefeuille


Pour plus de précisions

Contactez-nous